Mardi 11 octobre 2016 Tezpur Assam India

par Daniel KIRCHER  -  28 Octobre 2016, 10:59

Un sumoPréparation du Sumo.

J'ai encore mal dormi (décidément), et me suis levé à 4h15.
Départ 5h30, réel 6h30...
L'heure indienne n'est pas très fixe. 
La route pour Tawang est catastrophique; parfois étrangement bonne, et parfois remplie de profonds nids de poule sur des kilomètres....
Les casernes le long de la route sont omniprésentes, si tu veux la paix, prépare la guerre...
L'invasion chinoise temporaire (trois mois seulement) de 1962, a fait son effet...

À partir de Diran, la route grimpe subitement. Les arbres sont des grands arbres curieusement dépouillés, car plus bas, nous avions essentiellement de la végétation tropicale....

La route (c'est plutôt une piste) est boueuse. Les pneus des Sumo étant lisses, on a parfois l'impression de glisser sur de la neige, ce qui n'est pas évident lors des croisements ou des dépassements. 
 

Un premier signe bouddhiste évident....

Un premier signe bouddhiste évident....

Le col de Se La est à 4100m. Il fait presque nuit quand nous le passons, et il y a vraiment beaucoup de brouillard. De temps en temps une vache, ou un yack patiente au milieu de la route....

Quand nous arrivons enfin à Tawang, il fait nuit noire, et il pleut...
Le pire scénario,  dans un endroit que je ne connais pas.
Mon Sumo (mi taxi, mi bus) se gare devant deux hôtels bien éclairés, je suis crevé....
Je vais voir le premier hôtel qui me dit-on est plein. La personne qui me reçoit m'indique qu'il y en a un autre un peu plus loin à côté d'un panneau lumineux que je devine...
Il a, me dit-il, peut être une chambre de libre...
Je me dis rapidement, que je me suis fourré dans un sacré piège....
Le gars me dit egalement, que si je ne trouve pas de chambre, je pourrai revenir le voir....
- "Are you alone?" Me demande t-il
- "Yes!"

Je vais voir l'hôtel que le gars m'a indiqué, il est complet. La femme qui me reçoit fait beaucoup d'efforts pour me trouver une chambre quelque part, en téléphonant plusieurs fois,  ...rien.
Il fait nuit noire, il pleut, et il fait froid: me voilà bien!

Je demande à la femme si elle n'aurait pas éventuellement une place de libre pour demain!
(Même si je reste réveillé cette nuit sous un abri, ce serait tout de même bien que je soit assuré d'avoir une chambre la nuit suivante....
Rien me dit-elle ses reservations sont pleines pour les jours suivants...

Elle m'indique un autre hôtel et fait devant moi son numéro puis me tend le combiné.
Il est plein pour tous les jours qui viennent me répond-on.
La femme me prend alors brutalement le téléphone des mains, et se met à avec le propriétaire....
Subitement on me parle d'une chambre pour deux nuits...
Mais rien pour ce soir...
Ma chambre demain sera la 101...

Je retourne à mon premier contact à ma descente de Sumo, dépité....

- "Are you single"? Me demande de nouveau le gars qui me reçoit.
Il me montre un des deux lits juste à côté de sa cuisine.
Ce lit est libre me dit-il. Je dors dans le lit à côté....
Je vous propose d'y dormir.

Je n'ai pas le choix, et j'accepte.
Le gars est vraiment très gentil, adorable.
Je suis surpris de l'invitation, quelle confiance...!

Je pose mon gros sac dans sa cuisine, un peu soulagé.
Il me montre une salle de bain et un WC. 
Tout est à ma disposition...

Je pensais être dans un hôtel, mais je suis dans la cuisine réservée aux clients de l'hôtel.
Chaque hôtel a ici un restaurant attaché.
Dans la cuisine, la soeur de Pashi officie, pendant que son frère met le couvert sur les tables, et débarrasse. 

On discute un petit peu, mais je suis trop fatigué pour m'attarder, je m'écroule. 
Il y a une couette épaisse sur le lit. On est à 3000 m de hauteur.
Je me glisse en dessous, et ne tarde pas à m'endormir.

À demain

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Caro 31/10/2016 19:15

Tu dors peut être moins bien à cause de l'altitude...

Emma 29/10/2016 17:12

Ton voyage sur le territoire indien n'est pas de tout repos. Heureusement qu'ils sont plus accueillants qu'en Europe et qu'ils partagent volontiers le peu qu'ils ont!