Dimanche 16 octobre 2016 Itanagar Arunachal Pradesh India

par Daniel KIRCHER  -  29 Octobre 2016, 23:54

Les terribles routes de l'Arunachal Pradesh...et encore, celle ci n'est pas trop mauvaise...

 

 

J'arrive à la gare des Sumo un peu en retard. Ana est déjà là, ainsi qu'Oken. 

Nous prenons place Ana et moi à l'avant du véhicule, pour une fois nous avons les places de choix....

Le Sumo est bien sûr plein comme tout Sumo qui se respecte.

La route est curieusement excellente quelques kilomètres (à part quelques éboulements particulièrement spectaculaires), puis subitement exécrable cette fois jusqu'au bout...
Défoncée...

Horrible pour la colonne vertébrale.... 

Arrivée à Ziro, nos premiers pas sont chancelants. 
Pas un seul moment on n'a cessé d'être balancé de gauche à droite, de haut en bas, et d'avant en arrière. ...
(Il est curieusement plus confortable d'être nombreux dans l'habitacle, car on n'à plus besoin de se cramponner....

Nous téléphonons sitôt arrivés à Mr Tatu (grâce au portable d'Ana). C'est lui que nous devons normalement contacter ici. (Cela fait partie de l'organisation d'Oken).
Mr Tatu nous explique qu'il ne peut malheureusement pas venir nous chercher, et il nous conseille de prendre un Tempo (c'est un peu la même chose qu'un Sumo, en moins costaud) pour aller jusqu'à son village, qui est à quelques kilomètres de Ziro.  
Nous prenons donc un tempo à la gare des tempos, et sortons de la petite ville de Ziro, direction le sud.
Nous sommes étonnés, Ana et moi de nous éloigner autant de la ville...(environ huit kilomètres).
Ce qui modifie un peu nos plans.
Il nous faut absolument des bicyclettes...

Vingt minutes plus tard, nous atteignons le village de Siro, là où habite Mr Tatu, et où se trouve notre homestay.

Siro est le nom d'un petit village, et Ziro est le nom d'une petite ville.
La vallée de Ziro est à 1800 m d'altitude. Elle est constituée d'un plateau de 36 km2 entourée de nombreuses petites collines.
C'est un endroit magnifique et tranquille.
Il est très difficile d'imaginer que nous puissions être en Inde.
Il y a sur ce plateau (comme à Bedous), plusieurs petits villages, dont Siro, là où nous sommes actuellement.
 

La vallée de Ziro, un plateau...entouré de collines basses...
La vallée de Ziro, un plateau...entouré de collines basses...

La vallée de Ziro, un plateau...entouré de collines basses...

Quand nous arrivons à Siro, chez Mr Tatu, une partie de sa maison est encore en construction.
Ce qui nous gêne un petit peu, car nous sentons une forte odeur de colle ou de peinture, mais nous sommes très très bien reçus.
Nos chambres sont juste en face d'un petit jardin fleuri, et nos hôtes sont réellement adorables, même si la femme de Mr Tatu ne parle pas anglais.
Un endroit vraiment charmant...

On a droit à un petit déjeuner, puis quasiment en suivant, à un lunch.

Notre déjeuner...copieux.

Notre déjeuner...copieux.

Ana a envie de se reposer, je pars donc seul visiter les alentours...

Je ne remarque rien de spécial tout d'abord, à part des animaux un peu bizarre que je situe entre la vache et le buffle d'eau. Le haut de leurs têtes avec les cornes semble particulièrement robuste. 
Ce sont des Mithuns.
(Encore un sympathique animal à sacrifier)

Deux beaux Mithuns.

Deux beaux Mithuns.

Quand les gens ici prononcent leurs noms cela me fait penser au mot francais "mouton" et c'est très rigolo de voir la robustesse impressionnante de leurs moutons...

Je croise subitement ma première femme tatouée munie de dats.
Les dats sont des pastilles en bambous que les vieilles femmes ici se mettent dans les ailes du nez.
En plus de leurs deux narines sous le nez, deux trous leurs sont percés au dessus du nez dans lesquels elles insèrent des pastilles noires en bambous.
Une histoire un peu rocambolesque...

"Renommées pour leur beauté, les femmes Apatani (la tribu que l'on trouve ici dans la vallée de Ziro) étaient souvent enlevées par des guerriers des tribus Nishi voisines. Afin d’être “protégées”,  les filles Apatani furent longtemps défigurées à dessein, au moyen de tatouages faciaux et de pastilles en bois appelées dat, insérées dans les ailes de leur nez. La paix avec les Nishi dans les années 1960 mit fin à cette pratique et seules quelques femmes âgées portent encore des dats."

Les femmes âgées, munies de dats n'ont souvent pas envie d'être prises en photo comme des animaux, et elles s'éloignent, ou tournent la tête...À la moindre apparition d'un touriste, ou d'un appareil photo...

Je croise un peu plus loin, plusieurs mâts en bambous un peu curieux: les babos....

Les babos, représentant bizarrement la féminité.
Les babos, représentant bizarrement la féminité.
Les babos, représentant bizarrement la féminité.

Les babos, représentant bizarrement la féminité.

Le magicien, plus accaparé par l'alcool que par sa magie

 

Et également un magicien un peu perdu et sou qui m'invite à découvrir l'intérieur de sa maison...
Des sabres, une tête d'éléphant en squelette, un costume de magicien, et surtout un capharnaüm gigantesque...

Il ne connaît apparemment pas la magie du rangement, mais on ne peut pas tout faire à la fois...

Il ne connaît apparemment pas la magie du rangement, mais on ne peut pas tout faire à la fois...

La campagne autour de la maison est très belle, et tellement éloignée de l'Inde..., que je comprends presque l'incursion chinoise de 1962.
Comment peut on appeler indiens, ces gens au faciès typiquement chinois ou mongolien (de Mongolie).

"Les dats ont été interdites vers 1960. (Elles étaient insérées auparavant dans le nez de chaque jeune fille à l'âge de la puberté). Les quelques jeunes filles qui allaient étudier à cette époque à la ville de Guwahati, ou à Calcutta étaient rejetées par les étudiants des autres régions de l'inde.
C'est ce qui a conduit l'Inde à revoir la législation, et à interdire la traditions des dats."

Ana, parfaite en anglais, demande un arrangement avec Mr Tatu, et on décide finalement de changer de homestay dès demain matin.

On prend chacun notre douche; puis je m'effondre dans mon lit en ronflant...

C'est Ana qui me l'a dit....

À demain, bonne nuit......

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Emma 02/11/2016 15:38

Sublime cette nature. Tout ça me donne envie de m'échapper un peu de Tokyo le temps d'un week-end.

Caro 01/11/2016 08:16

Maintenant je ne suis plus la seule qui dit que tu ronfles... Drôle de magicien, c'est quoi son magie ? Magicien raté ?
Faut que je sorte le chien, il m'appelle.

Sophie 30/10/2016 09:26

Magnifique la vallée de Ziro !