Jeudi 10 novembre 2016 Dans le bus pour Shillong Meghalaya India

par Daniel KIRCHER  -  16 Novembre 2016, 15:28

Je me suis un peu endormi, malgré les cahots.
Shillong que nous atteignons vers 7h, semble être une ville intéressante, mais la raison de ma présence ici est surtout Cherrapunjee, et ses extraordinaires ponts de racines, composés de racines vivantes de caoutchouc (Ficus elastica) que les ingénieux Khasi, une tribu locale ont, sur plusieurs générations, détournées et reliées au-dessus des cours d’eau pour former des ponts naturels...

Je cherche le bus qui doit m'y conduire, et m'adresse aux gens que je rencontre.
Un taxi man veut m'emmener directement là bas (40€), les tuks tuks, eux, veulent me faire visiter la ville, il n'y a qu'une personne qui me parle d'un bus, qui serait déjà parti tôt ce matin...
L'information est évidemment impossible à vérifier. Je sens qu'on me roule dans la farine, et je suis vraiment trop fatigué pour apprécier...  

Le bus qui est parti ce matin est en plus, rempli paraît il de touristes indien...
Après un dernier essai auprès d'un gars sympa, qui me parle d'hôtel cher, et qui me propose de m'y emmener pour 1600 roupies aller, (plus 1600 roupies retour, plus l'hôtel cher..),  je laisse tomber...

J'en ai assez de ces galères où l'on est trimbalé à gauche à droite, uniquement pour nous amener à payer un maximum...
Je vais à la gare routiere, et prends aussitôt un Sumo pour Guwahati.
Je rentre au bercail.

À Guwahati je retrouve l'hôtel Sundarban où j'étais il y a un peu plus d'un mois. Cela fait du bien, un petit peu de tranquillité....

Vers 15h la fringale me pousse vers le KFC. Je passe ma commande, du blanc de poulet et un coca, et tends un billet de 500 roupies.
L'employée qui me reçoit part alors voir le manager et discute avec lui. Celui ci vient me voir:
- "Je suis désolé sir, nous avons reçu des ordres de notre direction, et nous n'acceptons plus les billets de 500 et 1000 roupies."
- "Pardon?" 
- "Les billets de 500 et 1000 roupies n'ont plus cours en Inde depuis hier soir minuit."
- "Mais je n'ai que cela!!!"
- "Nous sommes désolés Sir!"

La tuile: c'est bien quelque chose à laquelle je ne m'attendais pas.

Je pars après réflexion dans la première banque que je trouve. Je dois absolument avoir des précisions sur ce qui se passe...et trouver une solution pour pouvoir manger....(Il ne me reste que 150 roupies, soit 2€)
 
La Punjab Bank...
Je monte un escalier rempli de gens qui font la queue, et trouve tout en haut, une porte vitrée, gardée par plusieurs policiers en armes.
J'ouvre la porte avec difficulté car un policier me prenant pour un indien, essaye de m'empêcher de passer...
Je lui explique que je viens chercher des informations et que je souhaite voir un responsable de la banque...
Il me laisse finalement passer.

Une employée à un bureau m'explique alors que les anciens billets de 500 et 1000 roupies, n'ont plus de valeur,  et qu'ils doivent être échangés dans une banque contre d'autres billets (soit de nouveaux billets de 2000 roupies, soit d'anciens billets de 100 ou de 50 roupies).

En sortant de l'établissement, je me rends compte que les distributeurs de billets que je croise dans la rue sont tous fermés....
On ne peut plus retirer d'argent liquide nulle part, pour tout le monde....

Je fais mes comptes; il me reste environ 5500 roupies (75 €), en anciens billets de 500 roupies qu'il me faut bien sûr aller échanger....
Et pour les échanger, c'est la queue, plutôt la bousculade, devant une banque.

À l'hôtel Sundarban, je rencontre un Suédois qui est allé échanger ses billets à la State Bank of India; les étrangers me dit-il, sont reçus au 3ème étage de la banque, et évitent la queue interminable des indiens à l'extérieur.  
On ne peut par contre me dit-il changer plus de 4000 roupies par jour...
Bon, c'est toujours ça, mais je sens que mon voyage se transforme tout doucement en petite galère...

Je pars aussitôt faire un tour à la State Bank of India que m'a indiqué le Suedois. Il y a 10m de queue (indienne) devant la banque. Je pénêtre à l'intérieur du batiment (non sans mal). Un gardien me fait signe de monter au troisième étage; il m'invite même à prendre l'ascenseur...

L'étage, qui dispose de l'air conditionné est très calme.
Je change 4000 roupies en anciens billets de 500; la somme maximale, assez facilement, et demande au guichetier quand les distributeurs de billets disséminés dans la ville seront approvisionnés. 

Demain matin me répond-il.

Je n'en suis, moi, pas si sûr...


À demain

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Sophie 20/11/2016 09:48

Ah mais ça alors comment c'est possible ça ??? En une nuit interdire des billets ??? Tu m'expliqueras ça à ton retour ....

Caro 18/11/2016 10:59

Feignant...