Mardi 15 novembre 2016 dans le bus pour Varanasi India

par Daniel KIRCHER  -  22 Novembre 2016, 13:18

Le conducteur du bus est vraiment sympa, (une éclaircie dans ce monde de fous) et nous discutons un peu lors des quelques arrêts pipi obligatoires pour les passagers.

75% des indiens me dit-il ont acheté leurs permis, et n'ont aucune notion du code de la route...
Ça, qu'ils n'aient aucune notion du code de la route, ce n'est pas vraiment une découverte....

La route est catastrophique, complètement défoncée, et les conducteurs roulent souvent pleins phares.

Le conducteur me dit en anglais que cette route Gorakpur Varanasi est très mauvaise, et un peu plus bas il me dit que le bus l'est également....
Ses amortisseurs sont inexistants...

Les croisements sont continuels, avec souvent des obstacles non éclairés: vaches, piétons, cyclistes, chiens...chèvres...

À un moment, un chien est devant nous, et en même temps le bus s'arrête brutalement pour faire descendre un passager sur le bord de la route,
Je ne sais où est passé le chien...

Devant? En dessous du véhicule?
Le redémarrage est atroce, les hurlements insupportables... le chien a du se retrouver coincé quelque part, et nous sommes sans aucun doute passés dessus...
La queue, les pattes? Le corps?
Je ne veux rien savoir sur les détails...

Nous arrivons à Varanasi vers 1h30 du matin, nous ne sommes pas très loin de la gare, et je décide d'y passer éveillé le restant de la nuit.... 

Il ne faut par contre pas que je m'endorme...
Interdiction.

Je m'installe en face d'un poste de police, et lis et joue sur ma tablette; il faut tuer le temps.
La gare est pleine de gens allongés qui eux, attendent un train. Moi, j'attends simplement le jour; 5h.

À 5h, je quitte la gare, et pars vers la ville. Il ne fait pas encore jour, et la ballade est sympa, pas un chat; donc pas de pollution...

Je me suis rendu compte que je n'avais pas mis à jour ma carte sur ma tablette, je n'ai donc pas beaucoup de détails sur le plan de la ville, je n'ai que les informations succinctes du plan de mon guide lonely Planet...
Dommage...

La carte n'étant pas assez précise, je me perds...
Je cherche la vieille ville; ce qui est tout de même ici un peu vaste.
Je demande ma route à un hôtel qui m'indique une direction, et il me semble que je reviens en arrière....
Incompréhensible...

Je suis surtout fatigué...

Puis, je crois avoir trouvé, les rues sont plus étroites, et les maisons plus ressemblantes à ce que je me souviens...
Les rabatteurs sont là également... matinaux...

- "What are you looking for sir?"
- "Teerth guesthouse!"
- "Suivez moi!"
 

Et c'est ainsi que je me retrouve piégé, le gars est devenu mon "guide" sans que je le veuille, et je ne peux que le suivre, dans des ruelles étroites que je ne connais  pas.
Marcel (c'est son nom), me parle de magasins intéressants qu'il me faut absolument allez voir, et me demande si j'envisage de louer un bateau sur le Gange.... Il peut également me dit-il me le fournir...
Il me fait le grand jeu...
Il va falloir que je me débarrasse de lui...
Mais seulement après avoir eu ma chambre.

Au Teerth guesthouse (une adresse d'hôtel de mon guide), il n'y a plus de chambres. Marcel me propose de m'emmener dans un autre hôtel qu'il connait... qui s'avère être lui aussi complet.
Je ne sais comment Marcel s'y prend, mais il peut très bien s'arranger pour m'emmener dans un hôtel, où il sait pouvoir obtenir une commission de l'hotelier.

Nous continuons notre recherche, et cette fois c'est le Puja Hôtel.
Il n'y a là non plus pas de chambre...

Marcel me dit d'attendre, il va parler au patron pour moi. (Le piège se referme, je lui suis maintenant redevable, au moins d'un bakchich).

Le patron a, après 5 minutes de discussion, une chambre pour moi, avec balcon et vue sur le gange à 2500 (32€) roupies.
Je suis furieux, je prends mon sac et me décide à partir.
Marcel me rattrape: 
- "Attends, je crois qu'il a quelque chose...., tu restes combien de nuit?"
- "Je ne sais pas!"

- "Il a une chambre à 400 roupies maintenant, et demain, tu auras une chambre à 500 roupies, avec WC à l'intérieur."
- "Ok"

Je pose mon sac dans la chambre, prends congé de Marcel en le remerciant, puis pars arpenter les rues de la vieille ville...
Magnifique endroit...

Vie religieuse
Vie religieuse Vie religieuse

Vie religieuse

Je croise parfois Marcel dans les ruelles, qui tente à chaque fois de se raccrocher à moi...
Me suit-il?

Les ruelles de la vieille ville sont étroites, et les motos font un désastre dans cet endroit qui était auparavant plutôt sympa.
Elles se faufilent à toute vitesse entre les piétons, et j'ai l'impression parfois d'être dans un jeu de quille, que les motos frôlent constamment....


Je trouve cela plutôt dangereux, et totalement irrespectueux des piétons. Je comprends en même temps que les habitants de la vieille ville doivent bien pouvoir garer leurs engins quelque part...
Mais pourquoi aller vite?
Ça c'est incompréhensible...

Mise à part la circulation anarchique, la vie religieuse et sociale de Varanasi est vraiment très photogénique.....

Varanasi
VaranasiVaranasi

Varanasi

Quand le soir arrive, je m'écroule de fatigue, et regagne ma chambre...

Le ventilateur au plafond ne marche pas.

Demain je change d'endroit, en évitant le sieur Marcel, si j'y arrive...

À demain.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Caro 22/11/2016 22:59

Heureusement que le jour se lève déjà à 5h.