Mercredi 7 Décembre 2016 Olongapo Philippines

par Daniel KIRCHER  -  21 Décembre 2016, 07:42

À 8h10, je suis au bureau d'immigration....Et à 8h15, j'en ressors tout fier, avec mon visa...

Je rassemble mes affaires à l'hôtel, et prends un jeepney pour San Marcellino, une petite bourgade au nord d'Olongapo...

Je connais déjà San Marcellino, et c'est la troisième fois que je viens ici...

Le plus difficile c'est la suite, comment aller de San Marcellino à Aglao....?

Aglao, minuscule village, au sud du lac Mapanuepe. 

À San Marcellino, il y a le marché.....

Un marché apparemment régional. 

Je sais qu'un jeepney part du marché et s'en va à Aglao, pour ne revenir que le lendemain. Ce qui veut dire que la nuit se fera....

Je ne sais pas où...

Seules Informations.....: je connais à Aglao une vieille femme dont je ne me rappelle plus le nom, et je sais qu'il existe à Aglao un poste de police sensé m'offrir en cas de besoin, une protection.

- "Where is the jeepney for Aglao"?

- "This one sir".

Et l'on me montre un véhicule qui ne va finalement pas à Aglao...

Je continue ma recherche, et trouve le véhicule en question, chargé, très chargé et prêt à partir...

Un jeepney, vraiment bien très très chargé. ...

Un jeepney, vraiment bien très très chargé. ...

On voit sur la photo quelques personnes noires...

Ce sont des Negritos, l'une des ethnies Aetas.

Le jeepney lourdement chargé s'ébranle.

Je suis toujours aussi surpris de voir ces "africains" Philippins qui me semble t-il se sont perdus par ici...
Nous longeons une grande plaine plate, et arrivons 30 mns plus tard à Aglao, petit village de 400 habitants.

(J'étais déjà passé dans ce village il y a 4 années environ et j'avais pris quelques photos de Negritos, et d'une femme d'un certain âge en particulier avec qui j'avais longuement discuté.
Peut être est-il possible de la retrouver...?)

  

Sachant qu'il n'y a plus à cette heure de l'après midi de transport pour San Marcellino, je dois me chercher un point de chute pour ce soir...

Je passe à la mairie (Barangay) d'Aglao. Le poste de police enregistre mon nom, et propose de m'héberger pour cette nuit dans sa petite salle de reunion. 
J'accepte.
Je pose mon gros sac, et pars dans le village.
C'est demain la fête municipale, et les préparatifs battent leur plein...
Le village est superbement bien décoré...

Que d'imaginations, avec pas grand chose...
Que d'imaginations, avec pas grand chose...
Que d'imaginations, avec pas grand chose...

Que d'imaginations, avec pas grand chose...

Je me rapproche du lac tout en bas du village, et dévisage discrètement les femmes que je rencontre. 

....Si je pouvais simplement la retrouver...!!

Une vieille femme marchant lentement attire soudain mon attention. Je connais ce sourire....
Je l'aborde...

- "Excuse me Mam, may I ask you your name?"
La femme surprise me regarde, et me sourit...
- "Cécilia, me répond elle, Cécilia Antonio, and what is yours"?
- "Daniel, I am French".
- "Daniel.....?,Daniel...?

I had one time a friend from France, and his name was Daniel.
- "Yes Cécilia,... this friend is me"...

Je vois à ses yeux qu'elle a du mal à m'imaginer devant elle. Cela fait si longtemps!...

Elle est maintenant comme ahurie, et toute souriante...
Nous discutons tous les deux du bon vieux temps...Elle me montre sa maison, et m'invite à manger et à dormir chez elle, si je le souhaite...
Je lui dis que je viendrais ce soir pour manger...

Puis je pars me promèner sur les bords du lac Manutuebe. Il y a là quelques Negritos qui me regardent étonnés tout en attendant une barque pour pouvoir aller dans leur village, de l'autre côté du lac.

Un Africain, où un Philippin?

Un Africain, où un Philippin?

Je remonte ensuite la rue principale, passe devant le Barangay et pars faire un tour sur une piste, vers un autre village: Pili.
L'heure avance..., et je décide de rebrousser chemin.
Je repère alors au loin, du côté du Pinatubo, une structure géologique étrange. 
Je prends plusieurs photos, et décide de tenter d'y aller, dès demain. 

Curieuses ces formes?
Curieuses ces formes?

Curieuses ces formes?

De retour au Barangay, je discute avec le capitaine...
J'aimerais aller à cet endroit (je lui montre la photo)...
Pensez vous que cela soit faisable?

Il me répond que oui, et me demande si j'ai besoin d'un guide. Il me signale qu'il me faut tout de même utiliser un bateau pour traverser une petite partie du lac au pied du village...
OK, pour le bateau et le guide; le tarif est de 1000 pesos.(soit 19€)


Le capitaine m'indique une personne, et me l'attribue comme guide...
RV demain, 8h30.
 

Je pars ensuite chez Cécilia, et découvre sa maison, très modeste. Il n'y a pas d'eau courante, et

elle doit régulièrement aller puiser de l'eau au lac, et la ramener en jerrican. 

 


Elle me propose du riz froid, et une boîte de pâté, qui me fait penser à de la nourriture pour chien....
Horrible! 

 


Mais il me faut sourire, elle me l'offre avec tant de générosité...
Je n'ai toujours pas très faim, mais cette fois, cela m'arrange plutôt bien...

 

Je mange trois bouchées d'un plat que Billy refuserait d'ingurgiter y compris en cas de disette, puis dis à Cécilia, que je n'en peux plus....


J'ai bien manger...

Cécilia est contente, et moi aussi...

Je l'aide à ranger les couverts, et mets la boîte de "Canigou" dans un énorme frigo que j'avais déjà repéré, et qui s'avère être à mon étonnement plus chaud à l'intérieur, qu'à l'extérieur.
Je ressors la boîte....
Ce n'est certainement pas là qu'il me faut la mettre...
Je remets la boîte au milieu de la table, et prends congé de Cécilia. 
Adorable Cécilia! 
Qui a un an de moins que moi....
Et ça, ça fait plutôt mal...
 

Chez Cécilia...

Chez Cécilia...

Je retourne au Barangay, en pleine séance de remplissage de ramequins avec de la salade de fruits mélangées à du lait concentré sucré, coupée à l'eau. ..
Un truc infâme!!!!

Je remplis environ 200 ramequins, puis abdique.

Je m'allonge dans un fauteuil: demain j'ai du travail...

Et pourtant, je n'arrive pas à dormir... Quelques personnes jouent aux cartes en parlant fort...
Jusqu'à 4h du matin...

À demain
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Caro 14/01/2017 08:50

On est gâté en France...