Dimanche 25 Décembre 2016 Sablayan Mindoro Philippines

par Daniel KIRCHER  -  7 Janvier 2017, 14:34

2h00 du matin... 
Nous prenons nos sacs, et partons vers le petit embarcadère de Gustav; cela nous évite la longue promenade le long de la plage...
Surtout au milieu de la nuit...
Puis nous prenons un motobyke (nous l'avions réservé déjà hier soir). 
Nous arrivons vers 2h40 à la gare des bus plongée dans le noir.
Il n'y a pas un chat...
Dans 20 mns, le bus pour San José est censé venir...
Nous attendons donc, patiemment....

3h...toujours rien.
3h10...3h20...
Un gars éméché qui dormait sur un banc vient alors nous voir:
- "Where are you going sir"?
Moi: - "To San José"....
Lui: - "There is no bus".
Moi: - "But there is one bus at 3 of clock".
Lui: - "No, today is holliday; there is no bus, and the drivers are not working".
Merde!

Mais ce n'est pas possible?...
On m'avait dit hier que les bus fonctionnaient normalement...
Cette fois, on est coincés...
Les rues de Sablayan sont désertes...
Merde!

Au lieu du Karaoké hier soir, on aurait mieux fait de nous rapprocher de San José, et nous n'en serions pas là...
Mais Madame a préféré chanter...

Je crois voir alors un bus passer et prendre la direction de San José; Serait-il possible qu'il y ait une autre gare de bus que je ne connaitrais pas?

Nous marchons dans la rue, sans trop savoir quoi faire...Avec chacun nos sacs à dos...
Retourner au Gustav's, et continuer notre nuit? L'ouragan va nous bloquer ici trois jours.
Prendre un avion ce soir? Il n'aura peut être pas l'autorisation de décoller...Et notre avion est déjà payé....

Il nous faudrait un taxi..., mais un 25 décembre, au milieu de la nuit...? Dans un endroit aussi perdu...?

Mon gros sac me gêne, et je propose à Caroline de me le garder, le temps que j'aille voir ce qu'est cette lumière que je vois un peu plus loin...
Une gare de vans...
Les trois véhicules que je vois ont l'air vides.
Dans l'un d'eux pourtant, je vois un gars qui dort. La porte du véhicule entrouverte...
Il ouvre les yeux, et m'apercois:
- "C'est Noël" me dit-il à moitié endormi ou éméché.

Je vois alors en face de la gare de vans une boutique encore faiblement éclairée...
Je m'approche...
Une femme un peu matrone me demande:
- "Que chercher vous Sir"?
- "Un bus ou un taxi pour aller à San José".
- "Vous voulez louer un véhicule entier"?
- "Oui", lui dis je.
- "Ok" me dit-elle, "il va y aller. Cela vous fera 3500 pesos" (70€, 180 kms, la nuit de Noël). 
J'accepte, en espérant que l'avion de ce matin ne sera déjà pas bloqué par les autorités administratives...
L'ouragan arrive....

Je vais rapidement voir Caro, et lui annonce la nouvelle...
4h15....Nous pouvons facilement avoir notre avion....
Quelle chance ce taxi...!!

Nous sommes un peu inquiet de l'état de notre chauffeur, et décidons de parler très souvent, question qu'il tienne le coup jusqu'au lever du jour... sans s'endormir...
Et nous voilà partis, doucement...

À 6h10, nous sommes à l'aéroport. 

Nous voyons du personnel s'activer autour du petit ATR... Pas de problème, l'ouragan nous laisse passer. Nous apprenons par contre que le traffic maritime est déjà bloqué; alors notre bus, même si cela n'était pas aujourd'hui jour férié, n'aurait jamais pu venir de Manille. Le taxi était le seul moyen...
Nous avons eu une chance incroyable...

À 7h40 nous décollons...

En bas, San José...

En bas, San José...

Au dessus de Sablayan

Au dessus de Sablayan

Et le voyage se passe même sans trop de turbulences...
Un ouragan tranquille...
(Il y aura tout de même trois décès....)
Nous atterrissons à Manille, terminal 3 puis prenons le bus pour Pasay.
Manille est particulièrement vide d'habitants, et de traffic.... Quel plaisir d'y circuler aussi facilement...
Nous prenons pour le coup le métro LRT, jusqu'à Dorotéo José; puis la passerelle au dessus de la prison, et enfin un souterrain qui nous mène à l'hôtel Sogo de Quiapo...

Il y a de nombreux hôtel Sogo aux Philippines...
Leur principe est qu'ils n'ont ni check in, ni check out; on y rentre quand on veut, et on paye selon le nombre d'heure que l'on veut y rester.
(Il me semble en avoir vu au Japon.) 
Ces hôtels sont très pratiques pour les couples illégitimes qui ont besoin de deux ou trois heures d'intimité.
Et les hôtels sont de plus particulièrement propres...

Nous nous prenons donc une chambre, pour une intimité de dix heures....
(C'est peut être beaucoup à nos âges...?)
À la télé deux programmes porno au choix; asiatiques ou occidental, question d'émoustiller un peu l'histoire...
Je regarde quelques minutes, le temps que Caro prenne sa douche, puis nous sortons, direction l'église de Quiapo...
Tant pis pour le film....
L'église de Quiapo est pour moi assez étrange....par la ferveur des gens, et par la surveillance qu'exercent les gardiens sur les fidèles. 
Beaucoup de prêtres en France aimeraient avoir autant de fidèles dans leurs églises.

Eglise de Quiapo

Eglise de Quiapo

Nous nous promenons ensuite dans les petites rues alentours, puis retournons à notre hôtel.
J'allume la télé, et j'ai l'impression que l'histoire est toujours au même point. Difficile en effet de se rendre compte si c'est toujours le même film ou pas...
Et passer de la chaîne asiatique à la chaine occidentale ne semble pas changer grand chose; les acteurs sont eux toujours dans le plus simple appareil...
Cela ne choque pas Caro, qui me donne l'impression de ne rien suivre...
Je change de chaîne, et mets Nat Geo...

À 7h00, nous prenons nos sacs et nous dirigeons vers la gare des bus Ohayami. J'ai réservé deux voyages de nuit Manilla Banaue...
Si l'ouragan nous laisse tranquille, nous serons demain matin dans la montagne, sur le bord des rizières....

À demain 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Caro 22/01/2017 15:04

Là je suis fatigué. Sommeils irréguliers et interrompus. Tous le temps en mouvement.