Mardi 20 Décembre 2016 Sablayan Mindoro Philippines

par Daniel KIRCHER  -  5 Janvier 2017, 07:37

Le temps aujourd'hui est magnifique et tout bleu...Enfin...

Pas un nuage à l'horizon...
Caro quand je me lève est déjà à l'extérieur, en train de lire...Un roman policier.... 

Nous prenons nos deux petits déjeuners au Gustav's Place.
Moi mes oeufs sunny up side: (oeufs au plat côté soleil en l'air), et Caro comme d'habitude, des oeufs un peu brouillés (des oeufs à problèmes)...
Toast butter jam, café, et salade de fruits, avec un jus de fruits.
(Putain! cette meuf va me revenir cher...!!!!)
On est servi comme des rois...
Il fait chaud très tôt, et nos tee shirts à 8h, sont déjà trempés...

Au programme aujourd'hui; l'île de Pandan, qui est une île achetée par un français (du temps où l'on pouvait encore le faire, j'imagine), au large de Sablayan...
Au large, c'est à dire à deux kilomètres....
Au large...

Il y a installé des bungalows, un bar, un restaurant, et il loue du matériel de plongée et de snorkeling... des kayaks de mer....

Au fond, l'île de Pandan...

Au fond, l'île de Pandan...

 

Nous longeons la plage vers Sablayan, passons la passerelle au dessus du port, et retrouvons notre passeur (un petit monsieur bien sympathique), dans le petit abri en bambou où nous nous étions reposés à notre arrivée hier matin.

 

Son bateau cette fois a le fond plat, archi plat. Il peut donc naviguer (en principe) dans des eaux peu profondes...
C'est important, car quand on sort du port de Sablayan, quand la marée est basse, il peut arriver que l'on se retrouve coincé à la sortie échoué sur un banc de sable, sans pouvoir accéder à la mer...

Le gars met en route (à la ficelle SVP) son moteur....
Puis nous nous engageons sur le chenal de sortie du port.
Doucement, mais avec beaucoup de pétarades...
Quelle aventure!

Arrivé à la sortie du chenal, nous arrivons au plus difficile...
Où se trouve la voie la moins ensablée?..
Notre passeur se décide sur une direction, et accélère (augmente le bruit du moteur)...
L'hélice patauge un peu...
(C'est pas con une hélice, ça sait bien quand on veut la faire pédaler dans le sable....)

Et doucement, tout doucement, on passe à l'endroit où se trouvent les premières vagues...
Voilà, on est sauvé...

Les vagues au loin, indique le début de la mer...

Les vagues au loin, indique le début de la mer...

Le petit vieux (il doit être plus jeune que moi) qui nous conduit savoure sa énième victoire contre les éléments....
Fier!!!

Et nous prenons le chemin océanique cette fois, de Pandan Island....
Rien ne nous arrêtera, sauf le naufrage....

Caro, précautionneuse s'enduit les cuisse de crème solaire...Elle ne sait pas ce qui l'attend...

Nous accostons sur Pandan, et payons les différentes taxes obligatoires dès l'arrivée:
Taxe d'entrée, et taxe de préservation du parc national...

L'endroit est paradisiaque....

Nous passons entre quelques palmiers et cocotiers, et déposons nos sacs sur une table...
Ici, pas de voleurs...
Nous faisons partie intégrante de ceux qui n'ont...., comment dire.... pas besoin de voler.
Le beau monde, le grand monde, les gens....corrects...
Nous commandons pour le coup deux bières San Miguel Pilsen...Il nous faut bien fêter ça....

Caro est pressée d'aller à l'eau...
Nous allons donc louer nos équipements de snorkeling...
Tubas, palmes, et masques...
Elle me passe une dernière fois de la crème solaire sur le torse, et hop, nous allons glisser dans l'eau transparente...

C'est assez clair, non?
C'est assez clair, non?

C'est assez clair, non?


Le spectacle n'est tout d'abord pas génial, puis,.... quand nous abordons les récifs où les poissons peuvent évidemment se cacher et se protéger, le spectacle est beaucoup plus intéressant...

Mes palmes s'avèrent malheureusement rapidement douloureuses...
Mais une autre douleur éveille en moi des inquiétudes...
La jointure derrière les genoux, et le dos....
Qui brûle! 

J'avais déjà connu cela en Indonésie, et les brûlures sont, au bout d'un certain temps, horriblement douloureuses...
Je vois au loin Caro batifoler, et discuter me dit-elle, avec des poissons de toutes les couleurs...
Elle prend visiblement son pied....


Après une heure, je n'en peux plus de ces douleurs au gros orteils, et je rebrousse chemin....
Je me dis qu'il doit bien rester à la réception encore une San Miguel quelque part....
Caro ne réapparaît, elle, qu'une demie heure plus tard... 
Elle comprend finalement que l'arrière de ses genoux et que son dos, sont également en feu...

Nous nous mettons quelque temps à l'ombre des palmiers....
....Ça Noël,.... c'est du vrai farniente....
Nous mangeons un peu...

Puis retournons à l'eau...
Je reconnais que c'est génial....

À 17h, notre capitaine (le vrai, pas celui du Gabal), revient nous chercher, comme convenu...

 

Cette fois la mer est un peu plus haute à l'entrée du chenal dans le port, et nous passons facilement vers les eaux calmes...

Sacré journée....

Nous nous prenons le soir un buffet au Gustav's Place...
Et ne tardons pas à nous coucher; épuisés, et rotis.
Caro, si prévoyante, n'a pas vu les brûlures arriver....

Je lui étale une bonne couche de gras sur le dos et derrière les genoux...en lui expliquant que c'est pour réhydrater sa peau..., et que c'est très important...

Elle est aux anges....

Ce n'est finalement pas si compliqué une femme....

À demain
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Caro 22/01/2017 14:38

Oeuf au plat : fried egg sunny side up. Il se débrouille très bien en anglais, ce Daniel, mais ce n'est pas très précis....
En plus, il oublie de mentionner que j'ai suivie, quand même !, six tortue de mer. Trop mignon !!!