Mercredi 28 Décembre 2016 Bontoc Luzon Philippines

par Daniel KIRCHER  -  8 Janvier 2017, 08:36

Le beau temps d'hier, a fait place à l'incertitude. Des nuages, un peu de pluie par intermittence, et des bribes de ciel bleu éparses....
Difficile de tirer des conclusions évidentes! 

Nous allons tout de même tenter les 1000 steps d'Abal, et emmener parapluies, et impers...
Au cas ou....!

Abal est à environ huit kilomètres au sud de Bontoc, et c'est un endroit que je connais déjà pour m'y être perdu...deux fois...

Nous montons dans le bus pour Baguio, et descendons huit kilomètres plus loin.
Nous passons une passerelle suspendue, qui nous mène à Abal Oriente.
Pour faire les choses comme il faut, nous devons nous enregistrer tout d'abord au Barangay; c'est à dire à la mairie. 
Une jeune femme nous reçoit, et sort d'un tiroir un registre sur lequel nous indiquons nos noms, prénoms et nos âges. 
- "Avez vous besoin d'un guide"? Nous demande t-elle.
Je lui réponds que non; cela fait maintenant trois fois que je viens ici. 
Elle nous dit qu'elle doit d'abord tenir au courant le maire de notre visite, et que le maire avisera s'il peut nous laisser partir seuls ou pas...
- "Pouvez vous attendre 5 minutes"?
- "Bien sûr". 

Caro au milieu des marguerites...

Caro au milieu des marguerites...

Elle revient nous voir cinq minutes plus tard...
Le maire est d'accord....

Nous donnons 100 pesos de taxes à la mairie, puis nous nous en allons dans le village...À travers de petits chemins de rizières en ciment, et de petits escaliers...À travers les fosses à cochon, et un Ato magnifique.
(Magnifique car non pollué; les atos sont devenus au fil du temps des lieux où l'on boit, et où on trouve souvent des monceaux de bouteilles éclatées de gins.) 

 

L'Ato d'Abal...

L'Ato d'Abal...

Abal, un cellier à cochons

Abal, un cellier à cochons

Nous passons devant la femme qui avait voulu me jeter un sort démoniaque l'année dernière...
À sa façon de me regarder, je suis pratiquement sûr qu'elle ne m'a pas oublié....

Nous montons vers le haut du village et la montagne; passons les dernières rizières....
Le sentier est maintenant constitué de marches, de marches en béton...

Après trois ou quatre cents marches "normales", ce sont


maintenant des marches en grosses pierres, irrégulières,  et terriblement fatigantes à grimper...


Nous nous arrêtons souvent, pour reprendre notre souffle...

 

Une heure et demie plus tard, nous passons une petite rizière,  deux ou trois éboulements, et nous sommes maintenant au point haut du trek.


Nous nous mettons à l'abri d'une petite maison, et mangeons deux délicieuses mangues.

.

Le brouillard, et la pluie ne sont pas loin... Nous avons devant nous un petit plateau de rizières, et une jolie falaise sur la droite (que j'avais été explorer en cherchant la grotte sépulcrale, il y a deux ans).

En haut de la photo dans la forêt en face, on voit le sentier qu'il nous faut prendre pour redescendre vers Alab. (Je n'avais pas voulu le prendre il y a deux ans, croyant qu'il continuait à monter, alors que sitôt parcouru de gauche à droite, il descend brutalement vers un chaos de rocher).

Le plateau n'est tout de même pas évident à traverser, car très marécageux, et le temps n'arrange pas les choses. Nous avons tous les deux de la boue presque jusqu'au genoux.

Nous arrivons enfin de l'autre côté du plateau...Et Caro nous fait un joli sourire...

I'm smiling in the rain,...

I'm smiling in the rain,...

Puis c'est la redescente par un autre chemin vers Alab...

La grotte sépulcrale est quelque part sur la droite, à un endroit où l'on n'arrête pas de regarder ses pieds, de peur de glisser et de tomber...
On peut donc très facilement la rater...
Et le panneau qui indiquait son emplacement à été décroché (un coup des forces démoniaques c'est sûr).

Nous visitons, nous recueillons en silence. Le spectacle est émouvant...
 

Tous étaient chasseurs de têtes...
Tous étaient chasseurs de têtes...
Tous étaient chasseurs de têtes...

Tous étaient chasseurs de têtes...

Nous continuons ensuite notre descente "glissante" vers la vallée et Alab.
À Alab nous passons signaler notre retour au Barangay. 

Pour retourner à Bontoc, nous prenons au vol un van.

Super journée,  très humide, nuageuse, mais sans trop de pluie.

À demain

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :